Normalisation dans le football en Côte d’Ivoire: fuite en avant et refus de la fifa de trancher la question de fond sur le parrainage

35861

Dernère publication

Le nœud du blocage du processus électoral de la FIF est bien la question du parrainage. La commission électorale dirigée dans un premier temps par René Diby a refusé de trancher sur la question évoquant une affaire de cohésion sociale au mépris des textes de la FIF, la CAF et la FIFA.

C’est fort de cette violation grave des statuts de la FIF que le comité d’urgence de la FIF avait en son temps suspendu les travaux de la commission électorale de la Fédération . Mais sous injonction de la FIFA, le processus suspendu a repris ses travaux afin d’entériner toute décision nécessaire par un vote. Pour éviter d’éventuels problèmes, la FIFA a recommandé de faire signer ‘’le procès-verbal par tous les membres de la Commission électorale ayant pris part à la réunion concernant la décision en question’’. Une recommandation qui n’a pas rencontré l’adhésion de René Diby à la reprise des travaux, qui a claqué la porte.

La commission dirigée par la suite par le magistrat Kouassi Kaunan Ernest dans sa décision du 26 août 2020 a tranché sur le cas de l’Africa Sports, l’AMAFCI. Rejetant les parrainages de l’Africa Sports version Bahia Antoine et celui de l’Amfci version Danon Roland à Didier Drogba. Ces décisions ont été motivées par la commission électorale.

La FIFA qui s’est saisie par la suite du dossier avec les auditions virtuelles en septembre 2020 n’a pas tranché sur la question de fond sur le parrainage. Une fuite en avant pour les gestionnaires du football mondial. Elle piétine ainsi ces textes sur la question du parrainage.

Principalement, l’article 48 du règlement de gouvernance évoquant la question de l’éligibilité d’un candidat à la présidence de la FIFA.”(…) présenter des déclarations de soutien d’au moins cinq associations membres (cf. art. 27, al. 1 des Statuts de la FIFA). On entend par « déclaration de soutien » d’une association membre l’acte de proposition d’un candidat par cette association. Chaque association membre ne peut présenter de déclaration de soutien qu’en faveur d’une seule personne. Si une association membre présente une déclaration de soutien en faveur de plus d’une personne, ses déclarations seront considérées comme nulles ;” tranche l’alinéa 3 de l’article 48 du règlement de gouvernance sur la question du parrainage.

Mais en la matière, la FIFA qui semble avoir un agenda caché, a refusé d’agir conformément à ces texte et arguant que ‘’les instances dirigeantes du football ivoirien ne sont pas parvenues à organiser une procédure électorale conforme aux exigences statutaires et réglementaires applicables à toutes les associations membres de la FIFA.”. Et pourtant, depuis le processus, les instances dirigeantes de la FIF avaient pour unique souci: Appliquer et faire appliquer ses textes et ceux de la CAF et la FIFA.

Ange K

Pour acheter votre journal du jour en PDF – les archives et les numéros récents, cliquer  …..

https://www.lintelligentdabidjan.info/client/produit/n3749-4/

Commentaire

PARTAGER