Tensions à la Maca: «la machine»(Koné Kassoum) désormais indésirable ?

5985
archives

Dernère publication

Des échauffourées ont eu lieu à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), le mercredi 20 mai 2020. Une enquête a immédiatement été ouverte pour faire la lumière sur cette l’affaire qui implique des gardes pénitentiaires, dont Koné Kassoum dit “La machine”.

Contactée dans la matinée du vendredi 22 mai 2020, une source du ministère de la justice a dit : « Le garde pénitentiaire en question n’a pas été menotté, encore moins arrêté. Je pense que le communiqué du Garde des Sceaux est assez clair. Des faits se sont déroulés à la MACA, il y a eu deux blessés. L’un a été touché à l’épaule et l’autre a eu une éraflure au visage. Qui a tiré ? Je ne sais pas, je n’étais pas sur les lieux. Une enquête a été ouverte, et tant qu’elle n’est pas achevée, je ne peux rien dire ».

À la question de savoir si Koné Kassoum dit “La machine”, malgré tout ce qui lui est reproché, bénéficie de la protection et du soutien du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Sansan Kambilé, la source a dit : « Je ne peux répondre à la place du ministre de la Justice. Des faits se sont déroulés, une enquête est en cours. Cette enquête va donner un résultat, attendons ce résultat ».

A lire aussi> Maca : Le calvaire que koné Kassoum dit ‘’la machine’’a fait vivre au journaliste Claude Dassé( Côte-d’Ivoire ,Intelligent d’Abidjan)

D’autres informations ont fait état de ce que le nommé Koné Kassoum voit sa marge de manoeuvre désormais réduite au sein de la MACA. Ces informations indiquent que dans les échanges entre le ministre Sansan Kambilé et les gardes pénitentiaires, il a été rapporté que Koné Kassoum dit “La machine”, qui n’a pas apprécié que ses fétiches mis sous terre dans la cour de la prison aient été déterrés, a ouvert le feu sur deux de ses collègues, dont l’un a été atteint grièvement. Pour faire baisser la tension, des responsables pénitentiaires ainsi que des syndicats du domaine ont demandé et obtenu que Koné Kassoum, dont le véhicule a été saccagé lors du soulèvement, ne mette pas les pieds au sein de la prison, jusqu’à nouvel ordre. Ce que le ministre aurait accepté.

« Je ne sais pas si le ministre a fait des concessions lorsqu’il s’est rendu à la MACA. En tout état de cause, comme je l’ai dit tantôt, une enquête est en cours et elle permettra de situer les responsabilités dans cette affaire », a insisté notre interlocuteur sur la question.

Nos tentatives pour entrer en contact avec le régisseur de la MACA, et avec Koné Kassoum dit “La machette” n’ont pas abouti.


Claude D et OD

Commentaire

PARTAGER