Vers une candidature exceptionnelle de Bédié : le conseil constitutionnel à l’épreuve (Côte d’Ivoire, présidentielle 2020)

13246

Dernère publication

En Côte d’Ivoire , certaines rumeurs deviennent souvent réalité ! Tel est le cas de la question de démission du Président et candidat du Pdci Rda , Henri Konan Bédié, du conseil constitutionnel. La rumeur disait que le Président Bédié était membre du conseil constitutionnel, et qu’il n’avait pas démissionné dans les délais prescrits ( six mois ). La même rumeur ajoutait qu’à ce titre, sa candidature doit être rejetée. Suite à l’audience tenue le jeudi 10 septembre 2020 au conseil constitutionnel l’on a pu en savoir davantage.

Au cour de l’exposé oral de ses arguments visant à rejeter le recours du Président Bédié et du Pdci ( et des autres candidats ), contre la candidature du Président Alassane Ouattara, Maître Meïté Ben Abdoulaye, avocat du candidat Alassane Ouattara, a indiqué que Monsieur Henri Konan Bédié n’est pas fondé à contester la candidature de Monsieur Alassane Ouattara puisque lui-même ne remplit pas les conditions pour être candidat , alors que seuls les candidats ou les partis ou groupements politiques qui les ont parrainés, peuvent faire des recours et réclamations devant le conseil constitutionnel.

En soutien à ses arguments pour contester l’éligibilité de Monsieur Henri Konan Bédié (l’arroseur arrosé), Meïté Ben Abdoulaye a indiqué que celui-ci n’a démissionné de sa qualité de membre du conseil constitutionnel que le 3 juillet 2020, (la lettre du Président Bédié ci-jointe en copie faisant foi ) , soit moins de six mois avant la date de tenue de l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020.

Que fera le conseil constitutionnel dans une telle situation ? Va-t-il ignorer l’argument pour déclarer que le Président du Pdci doit être inscrit sur la liste des candidats ? Ou bien va-t-il quand même répondre à l’avocat du candidat Alassane Ouattara , tout en trouvant des arguments pour valider la candidature du Président du Pdci Rda ?

D’ici là, des observateurs se demandent si en 2010, alors que les mêmes dispositions existaient déjà , si des gens peuvent se souvenir de ce que le Président Bédié avait fait la même démarche pour préciser qu’il renonçait à son droit de siéger au sein du conseil constitutionnel.

L’ancien président de la République dirigeait-t-il un parti politique sans avoir, à la connaissance de l’opinion publique, écrit pour renoncer à son droit d’être membre du conseil constitutionnel ? Est-ce exact qu’il percevait des émoluments en qualité de membre du conseil constitutionnel, jusqu’à une période récente ?

UI

Alors question : pourquoi le candidat du Pdci Rda s’est-il cru obligé de saisir le conseil constitutionnel, cette fois, alors qu’il ne l’avait pas fait des années avant ?

« Rejeter la candidature du Président Bédié n’est pas une option à envisager , mais assurément le conseil constitutionnel saura interpeller et faire connaître ses observations sur la question, afin que nul n’en ignore. Je pense que nous sommes partis pour une autre candidature à titre exceptionnel du Président Henri Konan Bédié. L’histoire de Côte d’Ivoire retiendra cela, et se souviendra que le Président Bédié s’est imposé lui-même une épreuve en écrivant au conseil constitutionnel, pour attirer l’attention sur la situation … », a confié à l’IA une source proche du dossier.

Charles K

Commentaire

PARTAGER