Yao Koffi Camille délégué départemental du RHDP de Taabo : « Hamed Bakayoko aimait la vie, c’était l’espoir de toute la jeunesse »

4972
Yao Koffi Camille délégué départemental du RHDP de Taabo

Dernère publication

« Hamed Bakayoko aimait la vie, c’était l’espoir de toute la jeunesse ». C’est l’extrait d’un témoignage fait par Yao Koffi Camille, délégué départemental RHDP de Taabo, sur feu Hamed Bakayoko lors d’un entretien avec l’IA le mardi 16 mars 2021 dans cette ville .

” J’ai fait la connaissance d’Hamed Bakayoko dans les années 91-92 lors du lancement du journal “le patriote” où il m’a fait l’honneur de me designer correspondant régional sous le pseudonyme de Suzanne Coulibaly. J’étais jeune enseignant à Agnibilekro à l’époque. Nous avions eu des échanges, c’était quelqu’un qui savait écouter et qui savait donner son point de vue. Il avait la main sur le coeur, en effet, il a aidé beaucoup de personnes dans son entourage, c’était un féru de la musique et du sport, Hamed Bakayoko aimait la vie, c’était l’espoir de toute la jeunesse, il nous a fait rêver. Pour nous qui sommes alassanistes dans le corps et dans l’esprit, Hamed Bakayoko était le dernier bouclier après la disparition tragique de Amadou Gon Coulibaly, le dernier espoir, mais c’était sans compter avec la triste réalité de la vie. Nul ne peut détenir son destin en main. Hamed est parti au moment où on s’y attendait le moins. Aujourd’hui toute la Côte.d’Ivoire doit être rassemblée à travers le décès d’Hamed Bakayoko parce que c’est celui-là qui se battait pour la réconciliation nationale. Nous sommes tous meurtris, mais c’est la loi divine. Yako à sa famille biologique, à sa famille politique. Repose en paix Hamed Bakayoko. Que la terre te soit légère ».

Sosthene Do

Commentaire

PARTAGER