Au Niger, l’instabilité sécuritaire en hausse

548

Dernère publication

Depuis le coup d’État du 26 juillet 2023, le contexte sécuritaire au Niger se dégrade progressivement.

Les attaques terroristes frappent les pays du Sahel depuis plusieurs années, notamment les régions du Liptako-Gourma, territoire transfrontalier du Mali, du Burkina Faso et du Niger. Alors que l’insécurité alimentaire pèse sur le Niger, la présence des djihadistes oblige les populations à se déplacer, l’accès aux terres agricoles se restreint et les pillages sont de plus en plus courants. Selon l’ONG ACLED, qui recense les données sur les conflits dans le monde, le taux d’attaques de civils connaît une baisse de 49 % au cours des 6 premiers mois de 2023. Pour arriver à une paix durable, l’ancien président nigérien Mohamed Bazoum avait opté pour le principe de « la main tendue » et avait instauré un dialogue avec des membres de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS). Malgré la poursuite des attaques, la situation sécuritaire semble connaître une accalmie.

Le coup d’État du 26 juillet à Niamey a suscité l’incompréhension chez une partie de la population. Selon les termes du commandant de la garde présidentielle Abdourahamane Tiani, nouveau chef d’État, les motivations reposent sur « la dégradation sécuritaire et la mauvaise gestion économique et sociale du pays ». C’est pourtant à la suite du coup d’État que la situation se dégrade progressivement. Selon ACLED, le nombre d’attaques terroristes et de morts est en hausse depuis le coup d’État. Aussi, le conflit interne laisse le champ libre aux groupes terroristes comme l’EIGS et les groupes affiliés à Al-Qaïda.

Une « rescousse russe » envisagée ?

Le 10 avril dernier, le Niger a accueilli des instructeurs russes ainsi que du matériel militaire en provenance de Moscou. « Nous avons assisté ce mercredi 10 avril 2023 à l’arrivée à Niamey d’un l’Iliouchine-76, un gros porteur russe, transportant du matériel militaire avec à son bord des instructeurs militaires du ministère russe de la Défense », a annoncé la télévision publique Télé Sahel.

Officiellement, cet évènement rentre dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays. Mais, la nature de ces instructeurs provoque beaucoup d’interrogations. « Le premier vol avec des soldats et des volontaires du Corps africain est arrivé au Niger » est le message que l’on peut lire sur le compte Telegram officiel d’Africa Corps.

Si cette revendication inquiète, c’est parce que le groupe Africa Corps est perçu comme le nouveau Wagner en Afrique. Suite à la mort de son chef Evguéni Prigojine, Moscou a souhaité maintenir une force d’influence militaire dans les zones où Wagner était actif. Ainsi, comme l’affirme une note du Parlement européen, Africa Corps a été créé sous l’égide du ministère russe de la Défense en décembre 2023 afin de « regrouper les anciens actifs du groupe Wagner sous le contrôle du gouvernement ».

Si Moscou a toujours nié toute responsabilité concernant les nombreuses exactions de Wagner, en mettant sous tutelle ses mercenaires, avec la création d’Africa Corps, la Russie sera comptable des réussites du groupe tout comme ses échecs. Il restera donc à voir si le comportement de ce nouveau groupe sera identique à celui de Wagner ou s’il compte agir différemment en mettant un terme aux exactions et pillages jusqu’ici impunis.

Constantine

Commentaire

PARTAGER