Haut-Sassandra-Une société minière finance un projet de formation de 150 jeunes

1005
La société minière de Lobo SA finance un projet de formation de 700 millions FCFA destinés aux jeunes

Dernère publication

Une société minière et l’Agence Nationale de Formation Professionnelle (Agefop) , ont signé le mardi 31 octobre 2023 , à la salle de réunion de la préfecture de Daloa , un accord de partenariat portant sur la réalisation triennal de formation et d’insertion de 150 jeunes, de la redynamisation des groupements d’intérêt économique(GIE) et de mise en œuvre de 30 microprojets dans les villages impactés par les activités de la minière du projet Abujar.

La première responsable de l’Agefop, Karitia Coulibaly a indiqué qu’il s’agit d’un programme d’une durée de 3 ans qui comprend deux composantes majeures. Le coût est de plus de 700 millions FCFA.
« La première, c’est la redynamisation des groupements d’intérêt économique (GIE) et le financement de 30 microprojets dans les villages impactés. La deuxième composante, c’est l’appui à la formation et à l’insertion socio-professionnelle de 150 jeunes dans
les villages impactés. Dans la mise en œuvre, le programme formera, chaque année, 50 jeunes et redynamisera 10 GIE ; ce qui fait bien un total de 150 jeunes formés et 30 GIE redynamisés au terme du projet », a indiqué la directrice. Elle a fait savoir que ce programme va contribuer au niveau de la première composante, à renforcer la stabilité des familles et à améliorer les conditions de vie des communautés et au niveau de la deuxième composante, de faire bénéficier aux jeunes d’une formation et d’un accompagnement à l’insertion. « Ils pourront ainsi créer des micro-entreprises qui vont répondre aux besoins des populations, disposer de ressources financières et résister aux aventures d’immigration illégale » , a-t-elle précisé.
En outre, elle a exprimé sa fierté et rappelé que ce programme répond aux exigences de l’école de la seconde chance qui est un programme qui s’adresse aux jeunes en quête de qualification ou de reconversion professionnelle, aux diplômés ou déscolarisés mal insérés professionnellement.
Elle a également témoigné sa gratitude aux responsables de la Société qui, à travers l’accord de partenariat, encourage l’AGEFOP à accomplir son devoir citoyen en offrant des opportunités de qualification professionnelle à des jeunes du département de Daloa. De son côté, le directeur général de la SML, Nana Owusu-Ansah Ansah a exprimé sa satisfaction quant à cette collaboration stratégique pour aider les populations des zones impactées par la mine.
« Il est difficile quand nous commençons une mine de pouvoir embaucher tout le monde, donc ce qu’on peut faire pour essayer d’aider les gens, c’est d’essayer de les former pour leur donner une chance. Donc il n’y a pas meilleure manière de faire cela que de tisser le partenariat que nous venons de faire avec l’AGEFOP dans le but d’aider la communauté qui a été impactée par la mine », a-t-il affirmé, ajoutant qu’il s’agit pour la société minière à travers ce programme de former ces jeunes afin qu’ils disposent des compétences qui leur permettra de travailler avec la société minière dans le domaine de la mine et du BTP.
Avant cette cérémonie, une réunion de présentation et de validation du projet d’arrêté de création du Comité de développement local minier du projet Abujar s’est déroulée en présence des autorités locales avec à leur tête le préfet de la région du Haut-Sassandra, préfet du département de Daloa, Kouamé Koffi , du directeur de la responsabilité sociétale et du développement durable de la SML , Dénis Gondy et des parties prenantes notamment les villages impactés ( Zaibo, Gamina, Bobo-Niessoko, Zoupkangbeu, Gregbeu) et des élus locaux.

Beker Yao
 

Commentaire

PARTAGER